La rubrique corrosive de Trousse-chemise

J'ai traversé la rue, Manu ! (18/12/2018)

A dire vrai, si tu ne me l'avais pas si gentiment suggéré, je n'aurais peut-être jamais eu l'idée de la traverser, la rue, Manu.

Passage clouté- Pourtant, je me doutais bien que les rues, du moins la plupart, ont deux cotés, même parfois plus. Plein ! Mais bon, je me disais que je n'étais pas forcément du mauvais coté, et puis la routine, le manque d'ambition, la peur viscérale de l'aventure, voire la paresse (si, si)... Je restais là, quoi, à me morfondre, le dos tourné à l'Eldorado, au pays de cocagne, au vrai salut ! Et puis il a fallu cette saillie présidentielle à l'encontre d'un horticulteur un peu boutonneux mais carrément profiteur pour m'ouvrir les yeux. La chance, ai-je admis, tu as raison Manu, il faut aller à ses devants et non lui talonner le derrière en pleurnichant éternellement sur son sort mauvais. Il n'y a que les bons à rien, dans notre beau système, qui gémissent. Les autres agissent !

C'était dit ! C'était l'heure ! Fonçons ! J'allais traverser la rue. J'ai pris mon temps. Un tel déplacement ne souffre pas la précipitation ou l'amateurisme. J'ai rassemblé deux-trois affaires, pour la route : ma famille, des photos, ma carte vitale, mon chien, l'adresse de pole emploi au cas où l'escapade tournerait au vinaigre. Sait-on jamais ! Et je suis parti, façon Magellan, dans le petit matin blafard. J'ai bien mis quinze jours, et autant de nuits, à rejoindre l'autre rive. La rue est un fleuve.

J'ai accosté.

Sur le trottoir, des gens, par grappes, avec des baluchons, tout un peuple, à même le trottoir, échoués là, tirés du sommeil réparateur. Je les ai abordés. Eux aussi t'avaient entendu, écouté, cru, Manu. Et ils partaient de l'autre coté, confiants, en quête d'un avenir revigorant, et en proie à un vrai ras le bol. Et ils emportaient leur passé et quelques bricoles, leur fortune quoi. Je n'ai pas osé les en dissuader. Ils semblaient trop y croire. Partez ! Partons ! Mais je connaissais trop la cruelle situation de l'autre coté de la rue, pour les pauvres, tous ces vaincus du système, si nombreux, si malheureux, déçus, déchus, défaits.

Ce qu'on fait de vous hommes-femmes, chantait Aragon.

Tu leur avais menti, Manu. Sale con !

En 2022, à notre tour, nous t'inviterons à traverser la rue, ton poste de président des riches ne sera plus plus pourvu à cette date ultime. A moins qu'avant ... Mais qu'à cela ne tienne. Amoureux des arts anciens comme tu es, il y aura du boulot dans la restauration ! Une aubaine !

       

 

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 18/12/2018